Sur le point de sortir la tête de l'eau

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

Jean-Paul Dubois
Le cas Sneijder

Paul vit au Canada avec sa femme Anna (la femme des héros de Jean-Paul Dubois s'appelle toujours Anna, et elle est tantôt dépressive tantôt infidèle !). Il a eu 3 enfants : une fille d'un 1er mariage qu'il n'a pas le droit d'amener à la maison, et des jumeaux, véritables clones de sa femme, dentistes et moralisateurs insupportables.

Au début de janvier 2011, Paul est victime d’un terrible accident d’ascenseur avec sa fille. Il lui survit et, dès lors, cette idée est insurmontable. Après un coma assez long, il ne peut se résoudre à reprendre son travail et se plonge dans l’étude approfondie et obsessionnelle du mécanisme des ascenseurs, enfermé dans son bureau avec les cendres de sa fille. Il accepte aussi un travail de dog-sitter, achevant de rendre folle sa femme, égoïste et soucieuse  de sa réputation.

Pourtant cette plongée dans le monde technique, la volonté de comprendre ce qui s’est passé  et ces longues promenades au grand air en compagnie d’êtres pacifiques, est la porte de sortie de Paul. Et plus Paul progresse, plus sa famille le regarde avec effroi, l’alerte et le menace.  C’est en entrevoyant le bout du tunnel, se fixant pour objectif de prendre la plus grande tour du monde (et donc le summum de l’ascenseur qui va avec), que Paul  perdra la partie, s’étant pourtant presque totalement affranchi du reste.

Le récit est agréable, comme toujours dans les romans de Jean-Paul Dubois. Les descriptions techniques sont peut-être un peu fastidieuses par moment, mais insistent sur son obsession à comprendre, à donner du sens à ce qui, finalement, brise sa vie, lui révèle ce qui était essentiel (et qu’il a raté, de fait). Ces recherches, cette réclusion, ce travail vont enfin redonner une signification à son existence devenue  étouffante.

Hélas, hélas, trois fois hélas… Les malveillants rôdent et briseront cette renaissance avec la plus terrible des cruautés. Celle de des gens qui disent vous aimer…

Médiathèque départementale

Publié le: Mercredi, 26 Septembre 2012