Plus près de toi mon... Roi !

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Priya Parmar           

Journal d'une courtisane

Certains livres vous tiennent à distance, leur épaisseur vous fait craindre le découragement...

Mais il faut enfin se résoudre et... l'on n'est pas déçu. Connaissez-vous Ellen Gwyn ? Moi non plus. Jusqu'à récemment où je tombai sur ce Journal d'une courtisane. Aussitôt mon esprit évoquait Le journal d'Anne Franck, La nouvelle Héloïse et Les liaisons dangereuses, sans que ces titres ne soient forcément en lien direct. Des textes écrits à la première personne où les auteurs mènent "le sot projet de se peindre soi même", selon l'expression de Pascal.

La présentation est particulière puisque l'on fait la liste en exergue, des personnages comme au théâtre avec les rôles qui se distribuent. La famille royale n'est pas oubliée. Puis, le "diary", comme disent les Anglais, commence. D'un côté les heures et les jours d'Ellen, qui peut aussi s'appeler Nel ou nelly. A cela s'ajoutent des lettres du Roi Charles à sa soeur, mariée en France et à sa mère, installée outre-Manche. Parfois les rapports des affaires du royaume par le secrétaire d'Etat, comte d'Arlington, nous sont livrés, sans compter des recettes pour faire disparaître des taches de rousseur avec "de l'urine, de l'eau de rose et un soupçon de vin." [sic]. On se demande ce que tous ces éléments font ensemble... Ellen est marchande d'oranges au Royal theater, dont la mère, alcoolique, vit de prostitution, sa soeur également. Elle commence une petite carrière de comédienne, puis ses rôles s'étoffent. Elle devient la maîtresse d'un acteur, Hart, porte une petite fille qui meurt à la suite d'un accident, puis croise le Roi. Et l'on devine la suite. On vit au rythme de la cour, de ses déplacements et de ses intrigues.

Priya Parmar parvient à nous faire comprendre l'Histoire à travers la lunette de la petite histoire. C'est alerte, instructif et rigoureusement historique.

Pour les curieux, on peut découvrir la charmante frimousse d'Ellen Gwyn sur Internet, peinte entre autres par Peter Relley...

Alain Dagnez

 

 

Publié le: Mercredi, 28 Novembre 2012