« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux » (St Exupéry)

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Conte

  Livre

Samantha Bailly, Ein Lee

La princesse au bol enchanté

Au Japon, de nombreux contes virent le jour aux alentours de l'ère Muromachi (1336-1576). Durant l'époque d'Edo (1600-1868), vingt-trois de ces contes furent édités sous forme de recueil, nommé Otogizôshi (« le livre de contes »), dont les auteurs demeurent inconnus à ce jour. L'Otogizôshi est une œuvre de référence de la littérature japonaise. La princesse au bol enchanté puise ainsi ses origines dans le conte Hachikazuki Hime (« la princesse affublée d'un bol ») ...

Au pays de Kawachi, la princesse Haruka grandit dans l'affection de ses parents. Mais un jour, la maladie frappe sa mère bien aimée. Dans son dernier souffle, elle lui pose un bol sur la tête, en priant la déesse Kannon que celui-ci protège sa fille et son avenir... Haruka ne peut plus se débarrasser de sa coiffe au grand dam de son entourage ! Son père se remarie, fonde une nouvelle famille et délaisse peu à peu sa fille devenue si différente... Haruka décide de partir loin et se met au service d'un grand seigneur... Mais une rencontre va bouleverser sa vie ...

Ce conte rare n'est pas sans rappeler Cendrillon. Les illustrations d'Ein LEE traduisent une nouvelle fois l'étendue de son talent. Cette jeune artiste taïwanaise sublime les personnages par des jeux de lumières et de couleurs chaudes ou froides selon leur personnalité et met en valeur le scénario de Samantha BAILLY, déjà très remarquée pour ses romans de Fantasy.

La religion bouddhique très présente tout au long du récit apporte une touche moralisatrice à ce conte : il faut être capable de voir ce qu'il y a au-delà des apparences !

Publié le: Lundi, 24 Juin 2013