L'amour au Sénégal

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre
Détail de la notice

Caroline Pochon
Deuxième femme

 

 

Hortense quitte sa famille et son univers petit-bourgeois pour se rendre à un festival de cinéma à Ouagadougou. Elle y rencontre Seydou pour qui elle a un coup de foudre. Elle le suit au bord de la mer. Pour se marier avec lui, elle doit se convertir à l'islam, changer de prénom et accepter d'être la deuxième femme.

 

Après quelques pages de ce roman, on se dit: encore un livre qui porte sur les amours inévitables entre une européenne aux yeux clairs et un beau sénégalais, griot de nature et cinéaste de profession, dans un rapport Nord Sud de belle facture. Clichés.

 

C'est beaucoup plus complexe, heureusement. Au fil des pages, on devient sensible peu à peu à l'humanité de la narratrice, tout simplement. Elle nous livre son journal intime. De quoi s'agit-il ?

 

Hortense tombe amoureuse de Seydou lors d'un festival cinématographique à Ouagadougou. Une complicité se noue grâce au 7ème Art. Ensemble, ils vont faire de grandes choses, comme écrire le scénario d'un film africain? Seydou lui propose de venir chez lui à Keur Massar. Elle le suit, transie d'amour. Sur place, elle découvre que son poète est déjà marié et père de famille.

 

Il faudra donc partager ses jours et ses nuit avec Awa, la première femme. Il faudra s'incliner devant les habitudes locales bien antérieures à sa présence. Manger du poulet au riz, subir les épreuves de ces femmes aux rires sonores et moqueurs. Accepter de se convertir à l'lslam, s'appeler Aïcha, être la seconde.

 

La potion est amère, l'argent manque; Seydou commence à faire défaut. Ses parents au loin s'inquiètent et la jugent. Elle va céder, elle cède. Elle était fragile dans sa vie d'avant et se gavait de Xanax. Elle en reprend. L'amour va s'étioler jusqu'à la séparation.

 

Une telle intensité du récit n'est pas le fait de la seule imagination. Trop d'accents de vérité. Ca ne s'écrit pas sur du vent, qu'il fût d'Afrique ou non.

 

Hortense s'en retourne à sa vie européenne et à ses désillusions. Tristement. 

Publié le: Lundi, 17 Juin 2013