Chemins noirs des Rroms

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Bande dessinée

  Livre
 
Batchalo
 
Le Galli, Bétend, 2012
 

Une petite ville de Bohême, 1939. Deux enfants viennent de disparaître. Les Tziganes qui campent aux abords de la cité sont aussitôt suspectés par de nombreux habitants. Josef, l’agent de la police municipale s’efforce d’éviter tout débordement hostile, alors même que l’un des enfants disparus est le sien...

 La tension retombe quand, s’étant rendus sur le camp, les habitants apprennent que ce sont dix enfants tsiganes qui manquent à l’appel. Josef obtient de la communauté – non sans quelque réticence – qu’il se joigne à elle pour se lancer à la recherche des enfants.
Leurs investigations se révèlent désespérément infructueuses, et leur quête particulièrement dangereuse, alors que la Tchécoslovaquie vient d’être placée sous protectorat allemand. Josef se lie avec Silenka, la sorcière-guérisseuse, qui, bien que femme, exerce une grande autorité sur la communauté. Leur amour naissant prendra fin dans l’horreur à Auschwitz…
De leur côté, les enfants ne comprennent pas ce que ces soldats brutaux leur veulent, et où ils les emmènent. Ils ne savent pas qu’ils vont bientôt être l’objet, sur sélection du Dr Ritter, des épouvantables expériences humaines du Dr Mengele au camp d’Auschwitz. Ritter, en ayant fait enlever les enfants tsiganes, a pour ambition de corroborer les lois raciales en vigueur sous le régime nazi, de confirmer, au nom de la « pureté raciale », la dégénérescence des tsiganes.
Mengele, quant à lui, se réserve les enfants jumeaux afin de poursuivre ses recherches sur la gémellité. Sur l’injonction d’un médecin bienveillant, Roman, le fils de Josef, et l’un de ses amis tsiganes se font passer pour jumeaux, cette particularité étant la seule susceptible de les épargner – pour un temps - de la mort programmée…
 
Très belle bande dessinée, poignante, dont le sujet ne peut que susciter l’incompréhension et la révolte. Un dessin magnifique, une seule couleur sépia et un scénario remarquable. L’occasion, aussi, de prendre conscience que les Tziganes sont les autres grandes victimes de la barbarie nazie.
Publié le: Lundi, 07 Octobre 2013