La banlieue à travers le discours des médias

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Jean-Sébastien Hongre

Un père en colère

 

Ce roman dit le désespoir d'un père qui se sent laissé pour compte dans une société violente. Jeunes parents, son épouse et lui font le choix de vivre en banlieue et de participer activement à la vie sociale de leur quartier. Quelques années plus tard, le constat est amer : ils se sentent victimes de leurs choix qui ont plongés leurs enfants dans l'univers de la loi du plus fort et de la délinquance.

Dans la banlieue pas d'issue selon JS Hongre : le modèle des violences sexuelles et physiques a pris le pas sur tout le reste.

La critique de ce « père en colère » nous parle de notre société, de ses médias, des valeurs véhiculées par ceux-ci : critique vieille comme ces mass médias qui diffusent leur modèle de consumérisme et d'argent facile depuis qu'ils existent. Critique des nouveaux usages des médias : talk show qui ne sont pas des scènes d'expression mais des lieux de manipulation du discours ou encore l'internet et les réseaux sociaux où l'on s'exprime comme dans un journal intime alors que le monde entier peut vous lire et utiliser vos propos pour étayer un discours qui n'est pas en accord avec vos propos. La difficulté à communiquer apparaît comme un problème majeur : les protagonistes de ce roman ne peuvent pas communiquer entre eux parce qu'ils n'ont pas de base commune sur le plan des idées, ils ont bien les moyens technologiques mais la parole, le discours et la discussion sont tellement impossibles intellectuellement parlant, ils sont tellement tous éloignés les uns des autres, incapables de « s'entendre », de comprendre ce qu'ils se disent au point qu'on sombre dans une société où toutes ces solitudes vivent chacune les unes à côté des autres. Reste l'espoir que chacun se reprenne et retrouve en lui l'imagination et la créativité qui éloignerait l'homme de cet avilissement.

Notre narrateur s'affiche comme un ringard, pas bien en phase avec cette société dans laquelle il vit : le regard est donc un peu caricatural et cet angle de vue permet d'en dire long et de se questionner sur le constat négatif d'une société qui va mal.

Publié le: Mardi, 26 Novembre 2013