Couleurs sur Paris

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Bande dessinée

  Livre

 Désirée et Alain Frappier

La vie sans mode d'emploi : putain d'années 80 !

Début des années 80. Désirée est comédienne. Elle sent, là-bas dans sa Dordogne natale, qu’elle peut « devenir quelqu’un » : elle décide donc de monter à Paris. Mais, comme elle le racontera elle-même, « Paris n’est pas Hollywood ».

Elle est aussi une jeune et talentueuse créatrice de vêtements. Après avoir fréquenté un cours de théâtre et monté sa propre pièce, elle choisit de se consacrer à la confection (sa spécialité : les costumes de scène). Mais Paris n’en devient pas pour autant Hollywood. De fait, elle ira de désillusion en désillusion, côtoiera des artistes connus (vivra d’ailleurs longtemps avec un musicien, dont elle aura un enfant), mais vivra en permanence dans la précarité. C’est que Désirée ne sait pas se vendre, elle est nulle en affaires et peut-être pas assez individualiste. Ses choix ne sont presque jamais les bons, et sa gentillesse amène certaines personnes dénuées de tout scrupule à la rouler dans la farine. Bref, elle n’a pas le mode d’emploi (d’où le titre). Cela ne l’empêche pas d’être heureuse : elle sait rester positive, adore sa petite fille et la vie dans la capitale lui permet de rencontrer des gens cultivés, intéressants et /ou différents (mais lui vaut aussi de rencontrer de parfaits abrutis).
Ce roman graphique fait beaucoup plus que raconter une tranche de vie. C’est une véritable chronique sociale des années 80 (voir le sous-titre) que nous offre Désirée Frappier. Les évènements importants (les catastrophes de Tchernobyl et du Bhopal, les ravages du SIDA, le projet de loi Devaquet suivi des manifs étudiantes de fin 86…), mais aussi la promesse d’un avenir tout ensoleillé, engendrée par l’arrivée de Mitterrand au pouvoir, et la grande désillusion qui en a découlée, côté pile les fermetures d’usines et les Restos du cœur, côté face les années Tapie, le règne du fric et une certaine forme d’insouciance… Elle fait revivre le quartier populaire qui l’a accueillie, décrit avec humour et tendresse les affres bien réelles et les joies toutes relatives de la vie dans un vieil immeuble parisien. Bien agréable de replonger dans cette décennie, dont on avait oublié, en fin de compte, bien des aspects et pas mal d’autres choses, plus ou moins marquantes (pour qui a l’âge de s’en rappeler, évidemment !).
Désirée Frappier se raconte et c’est passionnant, très instructif, parfois franchement émouvant. Le graphisme très réaliste, précis, lisible et documenté (coupures de journaux, pubs, etc.) est impeccable, magnifiquement accordé au texte. Coup de cœur.

Publié le: Jeudi, 05 Juin 2014