Les voix du Seigneur...

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Florence Roche

L'héritière des anges 

 

Eléonore est une jeune fille élevée par des moines à l'abbaye des Pierres Plantées en terre de Cévennes. Manille, hébergé également par ceux-ci, est chargé de son éducation...

 

Eléonore mène une vie tranquille quand un jour, tout bascule. Une femme se présente, elle est effrayante : elle n'a plus de langue. L'abbé et le prieur la chassent. Quel secret cache-t-elle ? Que n'a-t-on pas dit à la jeune fille ?

Eléonore possède, en outre, une voix hors du commun, si divine que les moines sont contraints d'envoyer la damoiselle à la voix troublante, hors de leurs murs. Au château, Elle aide la comtesse de Lesle à prier avec sa voix si belle. Bohémont est son fils, un jeune homme charmant et charmé. Manille revoit Eléonore et lui conte quel rôle il a tenu lors de la répression des Camisards, ces protestants persécutés pour ne pas se rallier à la Révocation de l'Edit de Nantes, ordonnée par Louis le XIVème. Il lui parle des persécutions et des massacres auxquels il a participé ou en a été l'instigateur. En fait il est rongé de remords.

Grâce à un grand oncle, La jeune femme apprend progressivement tout sur de ses origines. Son père est le chef de camisards, sa mère à la voix si persuasive est plus haut encore dans la hiérarchie familiale. Tous les deux sont à la fois protestants et chanteurs de haute volée. Des meurtres sont commis, mais qui en sont les auteurs ? D'anciens relaps échappés aux massacres des années 1700 ? Pourtant, il n'y avait pas eu de pardon... Alors ? Eléonore devra s'expatrier, si elle veut pratiquer son art.

Son amoureux la suivra-t-il, lui, le fils de bonne famille ? Retrouvera-t-elle ses géniteurs, qu'elle n'a pas connus ou reconnus ? Pourquoi a-t-il fallu que l'on assassine au nom du même Dieu, alors que sa célébration peut s'illustrer pleinement dans cet art qu'est le chant ? C'est ce que roman en terre camisarde distille en filigrane, et c'est l'un des mérites de ce livre.

L'Histoire ne continue-t-elle pas à bégayer encore ?

Alain Dagnez

Publié le: Vendredi, 07 Mars 2014