La mariée était trop belle !

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Agnès Martin-Lugand

Les gens heureux lisent et boivent du café

Auto-édité sur le web fin 2012, Les gens heureux lisent et boivent du café s'est d'abord vendu en téléchargement payant à 10 000 exemplaires sur la plateforme e-books d'Amazon...

Flairant le futur best-seller, l'éditeur Michel Lafon vient d'en imprimer 20 000 exemplaires, tandis que les droits de l'ouvrage ont déjà été achetés dans 18 pays. C'est tant mieux quand on voit la difficulté que rencontre un auteur aujourd'hui à se faire éditer dignement et sans recommandations...

Le roman commençait très bien. On entrait dans la douleur et l'impossibilté de vivre de l'héroïne, amputée de sa vraie famille, son mari et sa fille. Les imaginer "partir en faisant les pitres, en riant", était une belle et réconfortante évocation pour cette mère dévastée par le chagrin et l'incapacité d'avancer. Le style était beau, sincère.

Malheureusement, on entre vite dans le cliché (le meilleur ami gay à la vie dissolue, le voisin insupportable et arrogant qui se mue en artiste ténébreux et follement attirant, l'ex du précédent : infecte mais monstrueusement belle et riche...). Quel dommage, c'était pourtant prometteur et on avait envie de croire qu'une édition par ce biais avait tout autant de chance de montrer d'évidentes qualités !

Malgré une jolie lueur d'espoir au début, j'ai été lassée par l'histoire trop cousue de fil blanc et le style qui disparaît trop vite. J'espère de tout coeur une éclosion de cette auteure qui vit pourtant une magnifique aventure grâce à l'engouement général. Pourvu qu'elle ne se cantonne pas à tant de facilité !

Médiathèque départementale

 

Partageons quelques confidences de l'auteure lors d'un entretien avec Yves Calvi...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

 

 

Publié le: Mardi, 11 Mars 2014