Scarlett aux antipodes...

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Sarah Lark 

Le pays du nuage blanc

Une saga est censée nous présenter des personnages étonnants, des pays inouïs et des situations incroyables et vice-versa. Avec ce livre, on ne sera pas déçu du voyage...

Deux femmes, à la recherche d'un mari, sont prêtes à prendre le large. Une préceptrice, Hélène, répond à une petite annonce maritale, tandis que Gwynéira, jeune et ravissante galloise, voit son destin imprudemment jouée au Blackjack par son père. Les voilà parties pour la Nouvelle Zélande, à l'autre bout du monde. Elles ne se connaissent pas mais se rencontrent sur le bateau qui les conduit vers leur destin. Gwyn avec ses chevaux, Hélène accompagnée de jeunes orphelines promises à des maîtres en recherche de servantes soumises. Le programme paraît hasardeux et sera quelque peu différent de la représentation qu'elles s'en font. Elles deviennent amies.

En fait de galant homme, Hélène découvre un paysan brutal, porté sur la boisson. Gwyn a, comme promis, quelqu'un de charmant mais totalement incapable par nature, de lui apporter quelque amour que ce soit. Devront-elles se résigner à ce destin ? Certes, elles auront des enfants, Hélène un seul car cela lui suffit et Gwyn deux, mais aucun de son mari. Elles feront preuve de caractère et de courage dans ce milieu hostile où les maoris paraissent plus civilisés.

Nous accompagnerons Hélène et Gwynéira dans les Canterbury Plains, à élever des moutons à cheval et à gérer leurs conflits familiaux. Lucas, le malheureux mari de Gwyn, partira chasser la baleine et tuer les bébés-phoques pour finir au fond d'un ravin. Puis, c'est au tour des enfants de prendre le relais. Reuben, fils d'Hélène, s'en va conter Fleurette, fille de Gwyn. Les choses évoluent de part et d'autre. Le fils de Gwyn, son beau-père, le mari d'Hélène, tout ce petit monde part de travers. Les conflits s'enveniment, on règle les vieux comptes dramatiquement. Les Maoris réclament leur part du gâteau sur cette terre où ils furent premiers. Tout finit par s'arranger mais pas pour tout le monde. Nos deux héroïnes retrouveront un équilibre tout Piagétien, les autres héroïnes également, des histoires de femmes au maximum.

On aurait pu tirer plusieurs feuilletons de ce long récit et parfois, les situations se brisent dans un cul-de-sac. Le livre comprend 642 pages sans que le récit manque d'intérêt. L'auteure semble se régaler à écrire.

Alain Dagnez

Publié le: Mercredi, 07 Mai 2014