De fil en aiguille...

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Anne Barton

Secrets et préjugés

 

Certains romans sont plaisants à lire : ils parlent de princes et de bergères. Ici, il s'agit d'un duc et d'une couturière. Souvent, ces sortes de livres comportent deux substantifs dans leurs titres : l'influence de Jane Austen, sans doute...

Annabelle, dont la mère est souffrante et réclame des soins nombreux et coûteux, est gagnée par l'idée que pour améliorer la situation de sa maman et de la petite famille qu'elle compose avec sa soeur, il serait utile de faire "chanter" quelqu'un de fortuné. Elle jette son dévolu sur le Duc de Hunford, un projet à haut risque. Mal lui en prend, elle est prise la main dans le sac ! "Sa grâce" l'oblige, pour payer sa faute, à venir chez lui, all inclusive et à coudre de belles robes pour ses deux soeurs, Rose et Olivia. Elle obtempère sinon... le roman s'arrêterait.

D'une couture à l'autre, si l'on ose dire, elle se retrouve dans les bras du Duc et les voilà partis dans une aventure amoureuse où on s'embrasse aussi souvent que possible. On se donne des "becs" plus ou moins avancés, ici, là, partout, au fur et à mesure où les robes se montent. Et voilà qu'arrive l'épisode de l'invitation au weekend party chez Lord Hasby. Le trajet est encore et toujours propice à l'amour. L'héroïne est rhabillée pour devenir aussi belle que les deux soeurs qu'elle chaperonne. On fait les présentations. Beaucoup donne un oeil très attentif à la nouvelle venue, mais elle est roturière à première vue. Miss Starling veille. Un soir, la petite soeur, qui fut précédemment témoin de scènes aux gestes déplacés, est victime d'une agression de la part du vieux comte lubrique déjà répertorié. Elle disparaît, on la cherche, on la retrouve enfin... dans une cabane qui devient l'habitation principale de Diane chasseresse.

On entremêle les chapitres où l'on s'embrasse et ceux où l'on coud. Anne Barton aime les scènes à fortes brassées. Pour le reste, vous avez le droit d'aimer cette bluette d'été, calés dans une bergère, à vous éventer pendant les grosses chaleurs qui viennent, un verre à la main et ce livre anti-prise de tête dans l'autre.

Alain Dagnez

Publié le: Mercredi, 16 Juillet 2014