Etranger en son pays

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Thimothée Demeillers

Prague, faubourgs est

Les lendemains de la Révolution de velours promettaient tant ! De fait, si certains surent pleinement profiter (enrichissement personnel, opportunisme, magouilles et corruption) de cette nouvelle ère démocratique qui s’offrait au peuple tchèque, pour le plus grand nombre l’espoir se mua rapidement en une bien amère désillusion.


Les touristes occidentaux déferlaient en masse - de moins en moins, au fil des années, pour le pont St Charles et la statue de Venceslas, de plus en plus pour la dope peu coûteuse et la défonce facile et / ou les filles faciles et le sexe peu coûteux -, mais la paupérisation n’en gagnait pas moins tous les recoins de Prague. Pour les Tchèques : miroir aux alouettes, donc.
Marek, lui, s’en était allé, il y a sept ans, aux Etats-Unis s’assurer une situation enviable. S’il est revenu, c’est pour l’enterrement de son père. Mais aussi pour revoir Jakub et Katerina, dont les deux garçons, dans les années quatre-vingt-dix, était éperdument amoureux. Tous les trois étaient dans la dèche, multipliant, pour survivre, les combines et les trafics. Mais ils n’en étaient pas moins heureux.
Heureux, Jakub ne l’est plus. Lui, viveur notoire de la capitale, irrésistible ou presque auprès des femmes, est maintenant une épave déchirée par l’alcool et la drogue. La très belle Katerina non plus, toujours très belle mais complètement passée à côté de ses rêves. Et tous deux n’acceptent pas le retour de Marek, ne supportent pas son insistance à les revoir (« Alors, qu’est-ce-que tu aurais à raconter, Marek ? Quelles nouvelles pourrais-tu m’apporter de ton pays sans âme ? »). Quant à Marek, chaque jour ne fait que lui confirmer qu’il n’est plus qu’un étranger. Un touriste, comme les autres. De son pays natal il s’enfuira comme un voleur…
Dans ce roman, trois narrateurs se relaient pour nous livrer autant de regards désabusés sur la Prague de ces vingt dernières années : Marek, Jakub, mais aussi Scott, touriste anglais venu faire la fête avec des amis, bien décidé à en profiter au maximum, mais qui repartira de la capitale écœuré par l’ignominieuse grande fête pragoise, tant vantée dans les brochures mais en définitive tellement sordide…
Très beau premier roman, âpre, qui donne notamment à lire les forts et poignants monologues de Jakub, lesquels trahissent son désespoir et son humiliation.

 

Un entretien avec l'auteur pour en savoir un petit peu plus...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Publié le: Lundi, 02 Février 2015