Accident de parcours...

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

 

Russel Banks

De beaux lendemains

Parfois, un de vos "proches" - en côtoie-t-on "d'éloignés" ? - vous recommande un livre ou un auteur. Vous vous laissez influencer par simple curiosité ou affection, prenant le risque d'être déçu... Ce ne sera pas le cas !

Ce qui étonne en premier lieu, c'est l'originalité de la construction dramatique. En cinq chapitres, quatre personnages développent leurs points de vue autour de la même histoire. Dolorès Driscoll ouvre et ferme la marche. Elle tient les commandes d'un bus cahotant qui conduit les enfants de Sam Dent (Etat de New-York, USA) à l'école. Un mauvais virage sur un sol neigeux envoie le convoi en contrebas. Tragédie de l'accident et pauvres gosses ! Un avocat, Mitchell Stephens, avide de causes rémunératrices, prend en charge la douleur de quelques familles et leur fait miroiter les dédommagements. Il en aurait sa part car il a quelques frais.

L'auteur donne la parole à quatre personnages, chacun récitant sur le ton blasé de quelqu'un qui souffre de la situation sans montrer qu'il s'en plaint, une sorte de délicatesse douloureuse, de langueur désespérée. Ce faisant, il met en exergue la complexité de sa vie. On prend la mesure de leur détresse qu'elle fût antérieure ou postérieure à l'accident. Voyez Nicole, frappée dans sa chair par l'accident et dans sa vie par un père qui fait honte, elle parvient à changer le cours de cette histoire.

Russel Banks dénonce cette habitude compulsive américaine à faire appel à des avocats en toutes circonstances. Il tend à démontrer que la proximité des gens est le ciment de toute société. On le sent pétri d'affection pour les "petites" gens.

Même si la blessure est profonde, Dolorès Driscoll, Billy Ansel, Nicole Burnell se retrouvent dans une scène finale d'anthologie. Réconciliation autour des autos cabossées dans une partie de stock-car, symbole des fracassement de l'humanité.

Et si on en faisait un film qui aurait un prix à Cannes ?

Alain Dagnez.

 

Et pour en découvrir un petit peu plus, voici la chronique d'Olivier BARROT suivie de la bande annonce du film que vous pouvez également emprunter...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

  DVD

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié le: Mercredi, 01 Avril 2015