"Aimez ce que jamais on ne verra deux fois" Alfred de Vigny

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

Léonor de Récondo

Amours

Cela se passe à une époque où le maître de maison, fût-il notaire, disposait d'un droit de cuissage sur les jeunes bonnes de sa maisonnée. Et celui-ci ne s'en prive pas, même jusqu'au dégoût...

Son milieu ferme les yeux, l'autorise, voire l'en bénit, preuve irréfutable de sa virilité. Céleste est cette servante abusée. Elle subit, ne pensant à rien. Bientôt sa patronne, Victoire, s'aperçoit que la jeune fille porte une promesse de vie qu'elle-même ne parvient pas à donner et à partir de ce moment naît entre elles une amitié. Le bébé vient au monde et leurs liens se serrent jusqu'à l'Amour.

Alors qu'en cette période les bonnes sont renvoyées à leur sort, à leur déréliction, maîtresse et servante vont approfondir leurs sentiments et font un marché. Céleste restera en poste mais Victoire et son mari deviendront les parents officiels. Comme cela, l'honneur sera sauf et leur amour aussi.

Au début du XXème siècle, il ne fait pas bon confier ses secrets à un représentant de L'Eglise. Ce dernier ratiocine comme on lui a appris, moralisant. Puis tout s'aggrave. Céleste fuit et Victoire se morfond sans son amour, son premier, son véritable. Mais d'autres secrets transpirent. Les petites gens ont l'intelligence du coeur, les grandes amoureuses aussi.

Léonor De Recondo nous offre ici un roman où on croit lire du Maupassant dans ce milieu corseté d'apparence et rongé de morgue. Tout est à fleur de peau, délicat qu'il s'agisse des personnages, des émotions ou du style. On vibre avec Céleste et Victoire, sans se lasser jamais.

Alain Dagnez.

 

Et pour en découvrir un petit peu plus, voici un entretien avec l'auteur...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

 

Publié le: Jeudi, 18 Juin 2015