"Quelle connerie la guerre !" Jacques Prévert

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

Jean-Christophe Rufin

Le collier rouge

Tenir son lecteur en haleine, c'est le challenge que semble s'être donné Jean-Christophe Rufin. Et bien pari tenu ! Tout au long du récit, ledit lecteur se pose tant de questions qu'il en voudrait presque à son romancier s'il ne lui était reconnaissant d'une si belle l'histoire...

Un prisonnier, Morlac, du moins l'apprend-on en cours de lecture, comme le reste, est retenu dans une petite ville de province quelque part dans le Bas-Berry. Dehors, sous la canicule, un chien, curieusement appelé Guillaume, semble l'attendre et le réclame à force d'aboiements. Un militaire du nom de Lantier est chargé de l'interroger pour ce qu'il a fait. Mais qu'a-t-il fait de si grave ? Cela, nous ne le saurons qu'à la toute fin.

Lantier, menant sa mission au mieux, interroge le prisonnier et ceux qui l'entourent. Il découvre - à chacun son suspense - Valentine, jeune femme aux grandes causes et mère d'un enfant unique qu'elle ne veut pas montrer. Le mystère perd progressivement de son épaisseur, au fil des pages. Morlac est allé, avec son chien très fidèle, faire la guerre, la Grande, du côté des Balkans, à Salonique. Il s'est lié d'amitié avec les Russes, bientôt en Révolution. Ensemble, ils complotent pour que cesse cette horreur qu'on nomme "guerre". Peuvent-elles fraterniser, toutes ces chairs à canon ? Ils y pensent.

De retour au pays, la guerre lui a brisé l'esprit et les sentiments. Il n'est plus guidé par quelque chose qui s'appelle humanité. Alors, au cours d'une commémoration très officielle, il commet l'irréparable, l'abominable, l'impardonnable.

Le juge doit délivrer sa sentence et son verdict. Le fera-t-il en raison de son grade ou en fonction de ce qu'il croit être juste, humainement parlant ? Qu'en dira Valentine ? Le juge retourne, mission rendue, auprès des siens.

Merci à Jean-Christophe Rufin de nous avoir retenus si bien. La finesse de sa narration a eu raison de la brutalité de l'Histoire.

Alain Dagnez.

 

Et pour en découvrir un petit peu plus, voici un entretien avec l'auteur...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Publié le: Jeudi, 09 Juillet 2015