Ana et le roi, Marie, Armand et les autres : "tout vient à point…"

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

Karin Hann

Raison souveraine

Ceci est un roman historique, nous assure-t-on en première de couverture, mais à rebours des précédents ouvrages de Karin Hann, vous ne trouverez pas de personnages fictifs. Ici, tout est vrai mais tout est romancé. Ce livre raconte chronologiquement, des faits réels sur une mise en images de l'auteure. Une sorte de journal de bord à la Cour, de journal intime à usage collectif... Alors, laissez-vous embarquer !

 

Pour que la fiction ne prenne pas trop le pas sur l'Histoire, régulièrement, l'auteure nous assure en bas de page d'un "c'est exact", preuve à l'appui. L'événement est quelquefois à ce point incroyable qu'il relèverait de la pure imagination s'il n'était conforté dans sa véracité. C'est sous le jour de leur intimité que Karin Hann nous présente les personnages historiques qui se comportent exactement comme les humains qu'ils sont, On se demande quand ils ont le temps de s'occuper des affaires du royaume, paraissant soucieux, à première vue, de l'avancement de leurs projets personnels. Voyez Marie de Médicis, mère du roi, surnommée la grosse banquière, qui oeuvre ardemment à rester en place au Conseil, régente pour toujours. Son protégé, l'homme rouge, Richelieu, gravit les marches de la gloire, après s'être fait choyer par la Reine-Mère, qui le qualifiera d'ingrat, de fourbe traitre suite à la journée des dupes, et choisit bientôt Louis XIII auprès duquel il se rend indispensable. Sans compter tous les autres, proches des précédents qui poussent leurs pions à leur avantage, telle Mme de Chevreuse, dame de bonne compagnie. Nous prenons part, en lecteur privilégié, au quotidien des personnages et à l'intimité royale. La Cour à la maison en quelque sorte !

Karin Hann montre une tendresse particulière pour Anne, une toute jeune fille, enlevée à sa famille pour raison d'Etat, mariée par procuration d'abord puis unie à Louis, pas beaucoup plus âgé, pauvre handicapé du langage, des intestins et de l'amour. Il est marqué par l'absence prématurée de son père, en butte à cette mère castrante. C'est pourquoi, il ne parvient pas à aimer son épouse. Décrite comme belle et intelligente, Anne se lamente : "mon époux n'a guère d'inclination pour moi", et pour cause car il aime les garçons. "Louis XIII n'a de l'amant que la jalousie", dit de lui Melle de Hautefort qu'il tente de séduire, malgré son vice italien. Le couple devra attendre 23 ans avant qu'une descendance ne survienne. Pauvres majestés !

Anne eut-elle une aventure avec le Duc de Buckingham, ritournelle tant de fois romancée ? Le bellâtre s'est-il montré trop empressé auprès de la Reine à Calais ? Anne, abandonnée de tous, à qui on coupe toutes les ressources affectives, à qui on enlève tous les plaisirs qui soulageraient sa condition de femme délaissée, a-t-elle eu raison de se laisser charmer par le beau Duc ? Reine, certes, elle n'en est pas moins femme.

On trouve, dans ce livre, ce qui peut toucher tout humain doté de sensibilité minimale. Lisez ce moment émouvant où la Reine et le roi, par un heureux hasard, alors que Louis est détourné de sa route sous un ciel d'orage à Cupidon, procréent par hasard et apprennent bientôt qu'un enfant va arriver et quel bébé ! Louis-Dieudonné XIV, le bien nommé. Le géniteur, dont on perçoit la profonde et authentique joie, pour une fois, exulte.

Des connaissances en nombre grâce aux notes et renvois vers les annexes, aux citations qui illustrent les propos et des descriptions où Karin Hann se montre toute à son aise. Jugez vous même, chapitre XI : "Le ciel chargé menaçait de se vider encore sur la capitale. Toute la nuit, des cataractes étaient tombées, lustrant les toits qui brillaient d'une teinte de plomb fondu". Quelle belle langue !

Alain Dagnez.

 

Et pour en découvrir un petit peu plus, voici un entretien avec l'auteure...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Publié le: Mardi, 29 Septembre 2015