"Il n'est point de bonheur sans liberté, ni de liberté sans courage." Périclès

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

Mireille Calmel

La marquise de Sade

 

Le lecteur entre très rapidement dans le vit, pardon, le vif du sujet. Renée Pélagie de Montreuil, récente Mme Sade est prévenue par un mystérieux correspondant que son mari tout neuf se livre à l'adultère sous son propre toit avec la chambrière Juliette. Elle tombe des nues...

Son possible mentor lui propose alors de l'aider à découvrir qui est son mari puis, de missive en missive, à se découvrir elle-même. Renée Pélagie accepte ce voyage initiatique.

Fille de parents très conventionnels, elle ne connaît que la vertu reproductive en matière de couple. A l'aide de cet "ami dévoué", elle verra secrètement son mari subir et faire subir toutes les avanies que la morale réprouve en compagnie de filles dites de joie. Elle fera l'expérience des bogues de châtaigne en matériel pédagogique et les sensations jouissives qu'elles offrent, délicieusement douloureuses. Elle apprendra la patience qui conduit à l'extase. Elle se met à fréquenter sur recommandation les salons littéraires de Madame du Deffant, qui lui libèrent l'esprit. L'homme aux petites lettres, de rendez-vous en rendez-vous galant, ne lui donnera la leçon qu'à petit feu jusqu'à mourir de plaisir. Certes, elle trompe son mari mais c'est pour mieux le chérir grâce à cette science amoureuse.

Voici donc un roman par lettres, doublé d'un récit autobiographique de quatre mois. On ne eut s'empêcher de penser aux "Liaisons Dangereuses" ou à "La Nouvelle Héloïse". Certains passages transpirent de romantisme quand, page 116, la nature se met au diapason des sentiments : "les premières pluies crasseuses d'octobre dégoulinent sur les vitres. Le vent souffle plus vite, y précipitant quelques feuilles de platane, arrachées aux ramures." Hymne à la liberté, celle qui aide à choisir entre l'asservissement à la moralité ordinaire et l'écoute de ses propres sentiments pleinement vécus.

Mrereille Calmel nous propose un roman historique éblouissant tant par sa composition narrative, son audace et son style. Elle met dans la bouche des personnages des propos à la mode du XVIII ème. Si l'on croit tourner les pages et faire des pauses respiratoires, on se trompe. On les lit, on continue à les lire jusqu'à leur fin. Puis, on regrette, comme Renée-Pélagie, que ce soit déjà fini...

Alain Dagnez

Publié le: Mercredi, 09 Décembre 2015