Que l’amitié est une douce chose !

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre

Joël Dicker

Le livre des Baltimore

« La nostalgie c'est le plaisir de souffrir », dit-on. Si vous avez le goût du passé, du doux regret de ce qui était, ce livre vous séduira. Et même s'il se déroule sur une longue période (1995-2012) et semble décousu puisque l'on évoque 1999 et d'autres années dans le désordre, la tendresse du récit sait nous retenir...

Au début, il y a d'un côté, les Goldman de Montclair et de l'autre ceux du narrateur ainsi que ceux de Baltimore, de l'oncle Saul, tante Anita, cousin Hillel, auxquels s'ajoutent des personnages périphériques mais tout autant centraux. Le narrateur se rappelle toute cette période et nous prévient que le Drame est en chemin. Tout au long de son récit, il nous le rappelle régulièrement pour que l'on sache bien que ce n'est pas cette série d'anecdotes qui compose le Drame... Pourtant, chacune est le ferment de l'irréversible qui va venir.

Et puis, voici Alexandra, la belle Alexandra, que chacun du Gang des Baltimore aime passionnément. Le narrateur, seul, a sa préférence, il s'appelle Marcus. Elle le nomme Markie ou mieux Markinette, quand elle est des mieux disposée à son égard. Et toujours sur un mode mineur Marcus livre son récit à la première personne, où l'on voit Woody, Hillel, et lui-même trouver le chemin de l'amitié indéfectible. Sur le même ton, voici Tante Anita, si jolie, l'oncle Saul, ambitieux et cachotier... Tous ces personnages se croisent, se témoignent de l'amitié, se jalousent et se trahissent en coups tordus et quiproquos. Le Drame est à venir !

Et l'auteur qui tente de trouver l'inspiration pour écrire cette histoire des Goldman et cherche à reconquérir le coeur de la Belle Alexandra. Séparés, ils réussissent une carrière chacun de son côté, elle de chanteuse, lui d'écrivain.

Vous vous demandez s'ils vont se retrouver ? Et bien, je ne suis pas là pour dénoncer ce que la narrateur prend tant de peine à dissimuler jusqu'à la dernière page...

Alain Dagnez

Et pour en savoir un petit peu plus, un entretien avec l'auteur...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Publié le: Lundi, 05 Septembre 2016