Un roman marquant !

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre
Détail de la notice

Magali Wiener

Les carcérales

 

21 juin, fête de la musique. Rodrigues est fou amoureux de la chanteuse du groupe « Nuit rouge », Aurélie. Tout en elle l’attire : sa voix, son déhanché, son corps. Alors quand à la fin du concert elle l’invite à marcher jusqu’à un square, Rodrigues est heureux. L’alcool et la fatigue aidant, Aurélie s’allonge à côté de lui.

Il prend cette posture comme une invitation à aller plus loin. Complètement obsédé par son corps et bouillant du désir qui l’anime, Rodrigues ne se rend pas compte qu’Aurélie ne répond pas à ses caresses.

Le lendemain, commence une journée cauchemardesque durant laquelle il va être accusé de viol, interrogé et mis en garde à vue. Il ne comprend pas ce qu’il a fait de mal à celle qu’il aime plus que tout.

 

Les carcérales est un roman décrivant avec énormément de justesse le désarroi et la descente aux enfers d’un érotomane. Le système judiciaire et carcéral français y est décrit avec beaucoup de réalisme, même si la psychologie du personnage est l’élément-clé du récit.

Les phrases courtes et percutantes contribuent à montrer le sentiment d’incompréhension du personnage principal. Ceci peut d’ailleurs déstabiliser le lecteur puisqu’il est difficile de prendre parti pour le héros. En effet, on est partagé : d’un côté, on comprend que Rodrigues n’a pas conscience d’avoir fait du mal mais d’un autre côté, le mal est fait et les deux personnages (lui et Aurélie) resteront marqués toute leur vie. Intelligemment, l’auteure ne cherche pas à accuser l’une ou l’autre partie mais plutôt à faire connaître les faits via deux points de vue.

Un roman marquant.

 

Médiathèque départementale  

 

Publié le: Vendredi, 04 Février 2011