Rencontre avec Béatrice Bottet

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Zoom sur...

  Livre
Détail de la notice

Béatrice Bottet

Les membres du comité Livr’Ados du 22 octobre 2009 ont profité de la venue de Béatrice Bottet pour un échange passionnant à l’occasion de la sortie de l’ultime volume marquant la fin de sa série Le grimoire au Rubis. Voici quelques anecdotes recueillies lors de ce rendez-vous.

Béatrice Bottet était professeur de français et d’histoire dans un collège de Seine saint Denis. Au départ, elle ne s’occupait que du français mais au fil du temps, elle a pris en charge l’histoire, une matière pour laquelle elle s’est passionnée.

Elle a écrit son premier livre en 1990. Etrangement, elle nous dit que son époque ne l’inspire pas du tout. Elle raconte qu’elle a commencé une histoire pour en faire un livre mais s’est très vite sentie bloquée par le contexte contemporain de son récit : le fait de se retrouver dans un métro et à notre époque, elle l’a donc mis de côté. Elle est du genre à s’isoler pour pouvoir écrire, elle a d’ailleurs un logement secondaire dédié à cette pratique. Elle nous raconte qu’au départ, elle voulait écrire des livres adultes comme ceux qu’elle lisait en étant jeune : par exemple Autant en emporte le vent, etc. Mais elle s’est prise au jeu de la littérature jeunesse : elle écrit des livres qu’elle aurait aimé lire quand elle était adolescente. Elle a également écrit des documentaires sur les fées, les sorcières et les sirènes pour lesquelles elle a fait beaucoup de recherches historiques.

Le grimoire au Rubis est un roman d’aventures qui se déroule durant le 13ème siècle. Il a été écrit à la demande de l’éditeur qui voulait un gros roman genre Harry Potter. Le tome 1 est sorti sans savoir qu’il allait faire l’objet d’une trilogie, souhaitée par l’éditeur.

Au final, trois cycles (chacun étant une trilogie) sortiront. Le grimoire traverse trois époques historiques (Moyen âge, Renaissance et Second Empire) et par conséquent tombe en poussière au fil du temps. La première trilogie est basée sur la magie, la seconde vise la sorcellerie et la divination et la dernière trilogie tourne autour du spiritisme.

Béatrice Bottet n’a pas de grimoire, même si on peut encore en trouver à notre époque, mais elle s’est beaucoup documentée. Dans le premier tome du grimoire au rubis, elle partage des recettes authentiques. Ces recettes dit-elle peuvent être expérimentées car elles ne sont pas dangereuses, facilement réalisables et pas trop dégoutantes.

Dans le Sortilèges des chats, elle s’est inspirée de personnages et de faits réels qu’elle a ensuite romancés. Malgré le fait qu’elle utilise l’histoire et des faits réel, elle ne fait jamais relire ses livres par des historiens de peur qu’on lui reproche des erreurs. Cependant, elle nous a raconté une anecdote qui lui est arrivée un jour. On lui a présenté une dame historienne, qui aime beaucoup ses livres. Cette dame l’a pleinement rassurée et flattée dans la mesure où ses livres reflétent bien le réel des époques historiques auxquelles elle se réfère. Une belle récompense pour l’auteure qui fait énormément de recherches : ce travail n’est donc pas vain.

Elle a écrit un tome tous les six mois. 60/70 000 exemplaires ont été vendus pour l’ensemble des grimoires. Le plus vendu est le premier tome. Béatrice Bottet n’a pas choisi l’illustrateur des couvertures de ses romans. Les formats poches offrent des illustrations plus variés avec le rubis en petit en bas à droite. D’ailleurs, une participante a fait remarquée que les jeunes qu’elle côtoie n’aiment pas du tout cette deuxième version de la couverture et préfère (peut-être par rapport à l’effet grimoire) la première version avec une couleur pour chaque tome avec le rubis au centre.

Les livres sont publiés après maintes vérifications et corrections, d’ailleurs quand elle va dans des collèges, elle montre aux élèves les pages de son manuscrit corrigé  avec les annotations en rouge. Ceci afin de montrer aux jeunes lecteurs que son statut d’écrivain ne l’empêche pas de faire des erreurs. Elle peut d’ailleurs être amenée à enlever ou au contraire ajouter des phrases pour que tout colle avec le format retenu.

A travers ses romans, elle a envie de faire passer un message féministe et fleur bleu : les valeurs comme la gentillesse et le respect d’autrui, amour sont pour elles importantes. Et elle espère que les adolescentes mesurent la chance qu’ont les femmes de vivre à notre époque.

Les trois trilogies sont finies, le dernier tome est sorti il y a peu. D’après Béatrice 

Bottet, terminer Le Grimoire au Rubis la soulage car elle peut enfin passer à autre chose mais en même temps elle avoue que certains passages auraient pu être améliorés. Elle éprouve un petit pincement car elle n’aurait jamais imaginé ce succès.

Elle préparait à l’époque un roman se déroulant au 19ème siècle.

Pour découvrir l’ensemble de son œuvre, n’hésitez pas à réserver parmi les titres suivants :

Stéphanie Scotté

 

Publié le: Mercredi, 11 Mai 2011