Une fougue ténébreuse...

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Rock

CD

 

Editors 

An end has a start

Une amplitude épique qui fait songer à d'illustres prédécesseurs des années 1980…

C’est dans une atmosphère glaciale que la voix caverneuse du chanteur Tom Smith vous saisie dès les premières notes d’une musique où la guitare est incisive, la batterie syncopée et la basse oppressante. Ce second album du quatuor anglais démarre en trombe avec un morceau enlevé, grave et percutant aux limites du noisy. Puis s’imposent des ballades progressives composées comme de gigantesques pièces musicales dépressives où la beauté mélodique ne cesse d’atteindre des sommets. Comme un subtil mélange de noirceur et d’illuminations, les compositions martiales et obsédantes se succèdent à vive allure, générant de la tension et une terrible addiction.

Energique, jouissif et mélancolique… An end has a start est prêt à vous dévorer !

Médiathèque départementale

Vidéo de An end has a start...   

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

et le live de An end has a start...                

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Vous en voulez encore ? Voici la vidéo de Bones...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

et le live acoustique de Bones... 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

Leur 3ème album, In this light and on this evening, un peu plus électro…

Vidéo de Papillon... 

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

Vidéo de You don't know love...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.
      

 

 

Publié le: Mercredi, 06 Juillet 2011