Entre haine et amour, son cœur balance…

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre
Détail de la notice

Anca Visdei 
Je ne serai pas une femme qui pleure

" Que l'adolescent qui n'a pas rêvé, pour un instant seulement, qu'on lui annonce la mort de ses parents me jette la première pierre"... Le récit est lancé, avec la même violence qu'un boomerang, il reviendra se projeter sur la narratrice, une jeune adolescente, en plein chaos.

Elle n'en peut plus de ses parents, qu'elle juge étriqués, coincés, eux-mêmes sur la défensive avec elle et surtout entre eux. Et la mort arrive brutalement : elle emporte les deux parents sans crier garde. Marianne se retrouve seule, à 17 ans, avec sa haine pour ses parents quand ils existaient et maintenant qu'ils ne sont plus là. Elle va enchaîner les aventures et les leçons, en retenant la plus importante de sa douce tante Ada, si malheureuse dans sa vie de femme mariée, humiliée, méprisée par son mari : "ne te fais pas avoir, ne t'engage pas trop vite, sinon tu n'auras que tes yeux pour pleurer" et Marianne ne sera pas une femme qui pleure. C'est un petit récit de 60 pages, grand par la force d'écriture : récit coup de poing, écriture coup de poignard, message qui hurle les désespoirs de l'amour qui s'effrite au jour le jour, de l'amour mal fait, de l'amour mal et non-dit. Toutefois, c'est sur une fin lumineuse que l'auteure a voulu nous amener, comme si elle laissait la porte de la nouvelle vie de Marianne entr'ouverte...

Sophie Charpentier, Collège d’Aubigny-en-Artois

 

 

Publié le: Jeudi, 28 Juillet 2011