La vie comme elle va...

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

Auteur(s) Valentine, Jenny (Auteur) ; Ayakatsikas, Cyrielle (Traducteur)

Titre(s) [La ]fourmilière [Texte imprimé] / Jenny Valentine ; traduit de l'anglais par Cyrielle Ayakatsikas.

Editeur(s)Paris : Ecole des loisirs , 2011.

Collection(s)( Medium ).

Résumé Le 33 Georgiana Street est situé dans un quartier peu engageant de Londres. Les appartements sont insalubres mais Steve, le propriétaire ne pose aucune question à ses locataires. Parmi eux, Sam, 17 ans qui a fugué, ou encore Cerise et sa fille Bohème qui déménagent au gré des petits amis de Cerise. A 10 ans, Bohème a pris l'habitude de se débrouiller seule. Elle va bouleverser la vie de tous.

Indice(s) R

Jenny Valentine

La Fourmilière

Loufoque, décalé et émouvant, La Fourmilière vous laissera un joli sentiment au fond du cœur, ni pitié, ni crainte, juste la vie qui va…

 

La Fourmilière, c'est une auberge espagnole des causes perdues. L'histoire tourne autour de Sam et Bohémia, narrateurs en alternance des courts chapitres.
D'un côté, donc, Bo, fillette touchante, un peu diable et désespérément à la recherche d'amis. C’est une petite créature aux vêtements trop courts, qui ne va pas à l'école et se nourrit de chips.
De l'autre côté, Sam : grand adolescent qui fuit ses responsabilités dans la foule de Londres. Peu à peu, on le devine porteur d'un lourd secret - que l'on devine très grave, mais que l'on ne connaîtra clairement qu'à la toute fin du roman - .
Et pour entourer ce binôme d’êtres en construction, Jenny Valentine propose une galerie de personnages hauts en couleurs : « Une vieille dame toute ridée avec un pardessus et des tongs aux pieds. Une jeune femme aux cheveux blonds tirés en arrière, qui se rongeait les ongles […]. Un lézard à lunettes de soleil et veste en cuir. Un homme avec un pistolet tatoué sur la jambe et une barbe ridicule. » (p. 254).
Cependant, gare aux apparences !, semble nous dire l'auteure, devant ce panel d'anonymes paumés.
Il y a beaucoup d’humanité, et malgré tout une dose d'optimisme, dans ce roman social mettant en scène des personnages qui, à tout âge, font l'apprentissage de la vie, et tirent ensemble les leçons de leurs erreurs. L'écriture n'est jamais dramatisante, mais se déroule en équilibre sur un fil de pudeur et de sentiments retenus car trop intenses.
Roman pour ados et pour adultes !

Publié le: Jeudi, 15 Septembre 2011