Voyage cinématographique haut en couleurs

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Animation

photo0239

 

 

 

 

 

 

 

Voici une sélection de 5 courts-métrages proposés par le Tati roulant (voir notre article) illustrant différentes méthodes d'animation des années 30 à nos jours. N'hésitez pas à aller les voir dans le cinéma roulant de Rémi et Marie, le voyage est garanti !

 

 Komposition in blau, Oskar Fischinger (1935)
Ce cinéaste d'avant-garde a cherché à retranscrire les émotions musicales en effets visuels. Ce film d'animation, surprenant de modernité pour l'époque, est une véritable symphonie de couleurs et de formes qui bougent au rythme de la musique, aussi étourdissante que les images...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

Area striata, Jeffrey Scher (1985)
Ce cinéaste réalise des films d'animation poétiques qui encouragent le cerveau du spectateur à créer lui-même des histoires. Avec ce film, il nous bombarde de magnifiques motifs qui défilent et forment un ensemble graphique et rythmique d'une rare beauté.
Introuvable sur Internet, ce film peut cependant se rapprocher de Trigger Happy, un autre film de Jeffrey Scher datant de 1997 :

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

Trade tattoo, Len Lye (1937)
Ce cinéaste est une figure historique du cinéma expérimental. Dans les années 1930, il a utilisé des techniques très novatrices : grattage sur pellicule, saturation des couleurs, peinture et pochoirs directement appliqués sur la pellicule, motifs abstraits, mélanges d'images réelles et d'animation... Ses films sont festifs, rythmés et colorés.

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

46 bis, Pascal Baes (1988)
Ce film nous montre des personnages qui dansent sur une musique de tango. Leurs mouvements sont impossibles à exécuter : les danseuses glissent, treblotent, tournoient, vibrent... Ces mouvements sont réalisés grâce à la technique de la pixilation : prises de vue image par image de vrais acteurs, manipulés comme les personnages d'un dessin animé. Le résultat est un film qui donne de l'élan et nous emporte...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

 

Reasons to be glad, Jeffrey Scher (1980)
Ce cinéaste se considère peintre en cinéma comme d'autres se considèrent peintres en bâtiment. Il récupère de belles séquences de films et les repeint littéralement. Il nous entraîne dans un monde proche de l'univers des rêves, des souvenirs, des fantasmes...

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

Résumés de Rémi Laidebeur

Publié le: Lundi, 03 Octobre 2011