Relation intergénérationnelle atypique

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

  Livre
Détail de la notice
Hervé Mestron
Le mystère Primrose

Pourquoi certaines personnes disent être seules et ne voir personne alors qu'elles sont en contact avec leurs enfants ? Ce roman aide à comprendre le décalage entre être seul dans sa tête et seul dans la réalité...

Hippolyte est un collégien dont les parents sont tragédiens. Hippolyte est chauve suite à une maladie infantile. Il est très marqué par le travail de ses parents, cela lui permet de s'évader dans un monde imaginaire. A l'école, on retrouve dans ses compositions de français des histoires dignes d'un opéra. Hippolyte aime la musique et Sophia, une fille de sa classe. Il compose pour lui, comme d'autres écrivent un journal intime. Il se lie d'amitié avec une vieille dame, Marguerite. Il rencontre aussi Primrose, un auteur, Hippolyte doit lire un de ses livres dans le cadre de l'école. Il fait sa connaissance lors d'une rencontre au collège. Leur relation évolue de façon positive jusqu'au jour où il comprend que Primrose est le fils de Marguerite. Cette vieille dame divague et raconte elle aussi des histoires, des scenarii de vie où elle est dépossédée, seule et abandonnée. Hippolyte se rend compte qu'il y a un décalage, entre se sentir seul dans sa tête et être vraiment seul, lorsqu'il permet à Primrose de donner sa version sur sa mère.

J'ai bien aimé ce livre qui, tout compte fait est assez simple à lire mais dans lequel on peut avoir plusieurs niveaux de compréhension.

J'ai apprécié la note d'humour amenée par Marguerite, le côté un peu pataud

d'Hippolyte quand il avoue ses sentiments, le décalage entre le physique austère de Primrose et les histoires amusantes qu'il écrit, le grand luxe qui est de ne pas manger au restaurant, le fait qu'un jeune écrive de la musique... La relation d'amitié entre un jeune et une dame âgée est aussi très atypique...

J'ai aimé le rôle de la vieille dame qui aide Hippolyte à se décomplexer de son manque de cheveux... ce qui est drôle c'est que celle qui est censée divaguer est bien dans la réalité pour comprendre les problèmes d'Hippolyte.

A lire sans modération !

Apolline, élève au collège d’Angres

Publié le: Mercredi, 05 Octobre 2011