Le plaisir féminin en mode humour ou philosophique

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Films

Détail de la notice

 

 

 

Tanya Wexler

Oh my God !

Avec Maggie Gyllenhaal, Hugh Dancy, Rupert Everett...

 

 

Détail de la notice

 

 

 

David Cronenberg

A dangerous method

Avec Keira Knightley, Michael Fassbender, Viggo Mortensen...

 

Ces deux films se déroulent au XIXe siècle et ont pour sujet le traitement de l'hystérie féminine.

D'un côté, à Londres, le Docteur Dalrymple avait trouvé un traitement pour le moins original : donner du plaisir en de suggestives (mais médicales) caresses ! Le Docteur Granville, adepte d'une médecine plus moderne, devient son assistant et commence à son tour à soigner les femmes... jusqu'à ce qu'une vilaine crampe à la main l'empêche de faire son travail ! Avec l'aide de son fantasque meilleur ami, Granville créé le premier vibromasseur ! Grâce à l'argent gagné, il pourra aider la fille de Dalrymple, Charlotte, une idéaliste dont le but est d'aider et soigner les plus démunis...

De l'autre côté, Sabina Spielrein est une jeune femme souffrant d'hystérie suite à des violences infligées par son père. Elle devient la patiente de Carl Jung, psychanalyste et élève de Sigmund Freud. Celui-ci entreprend de la soigner, avec succès. Peu de temps après sa guérison, Sabina, élève en médecine, retrouve Jung et ils deviennent amants. Progressivement, leur relation se tourne vers le sado-masochisme. Mais la rumeur se répand rapidement et le psychanalyste rompt avec la jeune femme qui, par vengeance, avoue tout à Freud...

 

 

Deux films très différents traitant d'un même sujet : le plaisir féminin ! Ce thème très actuel est ici relaté depuis ses débuts, à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

Oh my God ! est un vrai "feel-good movie", porté par la très naturelle Maggie Gyllenhaal et le charmant Hugh Dancy. C'est une comédie légère qui relate cependant l'état archaïque de la médecine à la fin du XIXe siècle (manque d'hygiène, préjugés, rejet des avancées scientifiques...), ainsi que la condition des femmes. Un film résolument féministe qui fait du bien à la tête et aux zygomatiques ! 

A l'inverse, A dangerous method est beaucoup plus sérieux, plus sombre et amène une réflexion plus philosophique. Cronenberg étonne par une réalisation assez sage que la thématique et le jeu des trois fabuleux acteurs principaux relèvent significativement. Cependant, le film tend à se perdre un peu dans des méandres philosophiques indisgestes et certains dialogues peuvent paraître obscurs pour n'importe quel quidam. A voir donc si on est bien réveillé !

 

 

Sur le même thème, bientôt au cinéma : Augustine, un film d'Alice Winocour avec Vincent Lindon et Soko, ou l'histoire d'un psychanalyste qui tombe sous le charme de sa patiente atteinte d'hystérie...

 

 

Oh my God !

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

A dangerous method

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

Augustine

JavaScript est désactivé!
Pour afficher ce contenu, vous devez utiliser un navigateur compatible avec JavaScript.

 

Publié le: Vendredi, 08 Juin 2012