Ce qu'il faut de nuit

Livre numérique

Petitmangin, Laurent

Edité par la Manufacture de livres. Paris - 2020

Un père élève seul ses deux fils, Fus et Gillou. Ceux-ci grandissent et commencent très tôt à prendre leur destin en main. Une histoire de famille, de convictions, de choix et de sentiments ébranlés. Prix Stanislas 2020, prix Femina des lycéens 2020, prix Libr'à nous 2021 (littérature francophone). Premier roman. ©Electre 2021

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Ce qu'il faut de nuit : roman / Laurent Petitmangin | Petitmangin, Laurent (1965-....). Auteur

Ce qu'il faut de nuit : roman / Laurent Petit...

Livre | Petitmangin, Laurent (1965-....). Auteur | 2020

Un père élève seul ses deux fils, Fus et Gillou. Ceux-ci grandissent et commencent très tôt à prendre leur destin en main. Une histoire de famille, de convictions, de choix et de sentiments ébranlés. Prix Stanislas 2020. Premier r...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Ce qu'il faut de nuit. Laurent Petitmangin. 5/5

    Une triste histoire. Il n’est pas besoin d’écrire de longues sommes pour écrire des livres épatants. C’est ici le cas. Nous sommes dans l’Est de la France, dans une région où la vie est rendue difficile par les conditions de l’existence. Une petite famille, dont la maman a été sortie de son histoire pour cause de crabe aigu, survit à la douleur de la perte. Le père, narrateur, et se deux fils. Le chargé de famille travaille sur les caténaires de la Société des Chemins de Fer Français. Le premier fils, Fus de son surnom, fait des études jusqu’en IUT et le second vise un peu plus haut. Le père est engagé politiquement; à gauche. Fus pratique le football localement. Le père se demande si Fus n’a pas de mauvaises fréquentations sur le bord des extrêmes. L’histoire se complique quand Fus est retrouvé blessé pour une altercation avec d’autres jeunes de tendance opposée. Hôpital , soins longs, sortie jusqu’à l’irréparable. Le père- narrateur nous prend par le coeur pour décrire sa douleur de l’accompagnement de son fils qu’il aide à traverser les déboires sanitaires puis, hélas! Judiciaires. C’est décrit dans une ambiance lourde, triste, tendre qui parle à nos émotions les plus personnelles. Le père ne pleure pas, nous non plus mais nous avons la gorge nouée jusqu’au bout du livre. On n’est pas obligé de faire long pour faire bon: ce livre en est l’illustration. Alain Dagnez.

    par Alain Letombe/Dagnez Le 12 février 2021 à 17:20