Les Déracinés

Livre numérique

Bardon, Catherine

Edité par Editions les Escales. Paris - 2018

En 1939, Wilhelm, Almah et leur fils fuient l'Autriche et s'exilent en République dominicaine pour se reconstruire et commencer une nouvelle vie. Premier roman. ©Electre 2020

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Du même auteur

Et la vie reprit son cours : (1967-1979) / Catherine Bardon | Bardon, Catherine (1955-....). Auteur

Et la vie reprit son cours : (1967-1979) / Ca...

Livre | Bardon, Catherine (1955-....). Auteur | 2020

Ruth et les siens sont revenus s'installer en République dominicaine, un choix qui les comble et leur permet d'envisager une nouvelle vie. La réapparition de Lizzie, malade, bouleverse leurs projets car Ruth s'emploie à remettre s...

Les déracinés / Catherine Bardon | Bardon, Catherine (1955-....). Auteur

Les déracinés / Catherine Bardon

Livre | Bardon, Catherine (1955-....). Auteur | 2018

En 1939, Wilhelm, Almah et leur fils fuient l'Autriche et s'exilent en République dominicaine pour se reconstruire et commencer une nouvelle vie. Premier roman. Electre 2018

L' Américaine : roman / Catherine Bardon | Bardon, Catherine (1955-....). Auteur

L' Américaine : roman / Catherine Bardon

Livre | Bardon, Catherine (1955-....). Auteur | 2019

Septembre 1961. Ruth quitte la République dominicaine en pleine guerre civile pour s'installer à New York où elle rêve de devenir journaliste. Elle s'intègre parfaitement à la ville mais s'interroge sur ses racines, elle qui est d...

Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Les déracinés. Catherine Brandon. 2/5

    De Vienne au Caraïbes: il est où l’bonheur? L’auteure aurait pu fournir deux romans avec ce livre dense, intense, prenant. L’action débute à Vienne où la famille Rosenbeck vit d’impressions en tous genres. Ils sont juifs et coulent des jours heureux. Intégrés. Du moins le pensent-ils. Leur fille, Myriam rêve de danse, leur fils Wilhelm de journalisme au grand désappointement de son père, imprimeur, qui le verrait bien reprendre son affaire. A ce bonheur du quotidien s’ajoute celui de Wilhelm, qui rencontre Almah Kahn, jolie blonde à croquer. Ils s’aiment éperdument.. Mais le destin des années 30 n’est pas le bonheur en perspective puisque les voisins allemands ont donné le pouvoir à Adolphe Hitler, dont les idées nauséabondes se sont répandues chez les voisins proches. De suppression des droits aux persécutions, la vie s’assombrit. Et l’avenir aussi. Il faut fuir. Se réfugier en Suisse, partir pour les Amériques: sauf qu’un détour fait atterrir la famille de Wilhelm, Almah et leur fils Frédérick, aux Caraïbes, à Saint Domingue où il faut tout construire, des murs et tout une société de ses mains. Le texte est excellemment bien écrit. Le récit alterne entre le narration à la troisième personne et les confidences de Wilhelm à son journal.. Le récit est fort; les épisodes nourris et l’émotion guette le lecteur, par exemple lorsque Wilhelm retrouve sa soeur à New-York, partie bien avant lui ou lorsque le deuil frappe la famille. décidément, Catherine Baedon aurait dû éditer deux romans mais le lecteur est heureux d’avoir tenu entre ses mains ces moments de forte lecture: il finit par se prendre d’affection pour tous les personnages. Alain Dagnez

    par Alain Dagnez Le 20 janvier 2020 à 15:29