A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

Les aristos à la lanterne

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

Détail de la notice

Laurent Dingli
Dans l'ombre des Lumières

Flammarion 2010

Si l'on pressent un roman historique, on ne se trompe pas: sur fond de Révolution française, le héros évolue. Antoine Loisel, fils d'un riche marchand toulousain, participe, lors des épisodes du 14 juillet 1789, à la prise de la Bastille.

On le suit à ses débuts dans le monde où il côtoie la monarchie et les premiers révolutionnaires. Il ne sait quel parti prendre: l'aventure romantique de la liberté retrouvée ou celle de la famille de sa fiancée puis épouse, Melle Amélie de Morlanges.

N'est-ce pas plutôt un roman d'amour avec tous ses ingrédients? la rencontre dans les salons de Mme de Nogaret, les regards qui se cherchent, les mains qui se trouvent, le baiser et la vie ensemble. On croirait du Stendhal sans l'interdit.

On pense aussi au roman à suspense. Antoine retrouvera-t-il Amélie qui lui a été ravie lors des guerres en Vendée? Arrivera-t-il à la faire sortir des geôles révolutionnaires où elle croupit en attente d'un jugement expéditif?

On finit par penser que c'est un roman noir. Virlogeux, ce personnage rencontré en montant à Paris qui l'a aidé dans son entrée dans le monde. Très introduit dans les milieux révolutionnaires tout autant que monarchiques, est-il un ami, est-il ce « pur » intègre qu'il présente? Quel jeu joue-t-il? Vers quels abîmes entraîne-t-il Antoine et Amélie?

Ce Virlogeux est bien le personnage central, lui qui apparaît à chaque détour de chapitre, lui dont Antoine se méfie avec juste raison, lui dont on nous contera les méfaits et dont on instruira l 'âme sombre.

Ce roman dont on regrettera quelques longueurs qui nuisent au motif central prend position progressivement sur la révolution et laisse à croire qu'elle ne fut qu'une suite de malheurs pour la France tant on s'aperçoit qu'Antoine suit cette pensée; la Révolution avec ses dénonciations et ses atrocités pratiquées au nom du bonheur de l'humanité et ces hommes qui, sous prétexte d'égalité, dénoncent leurs voisins par méchanceté. La révolution: boîte de Pandore!

On en ressort avec un goût amer de désespérance sur l'humanité. On comprend mieux quand on apprend que Laurent Dingli, outre un roman sur Robespierre, a travaillé à restaurer l'honneur perdu de Louis Renault et qu'il a épousé, au détour, sa petite fille.

Alain Letombe


Publié le: Mardi, 24 Mai 2011