A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide

A la rencontre des droites parallèles

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer
AddThis Social Bookmark Button

Roman

Longtemps, j'ai rêvé d'elle
Thierry Cohen

  Livre
Détail de la notice
 
Vous aimez les bluettes d'été, les romans où tout se passe comme vous le devinez, alors ce roman est fait pour vous. Cette histoire peut vous accompagner l'été et, même, vous aider à affronter la rentrée et l'automne qui s'annoncent.

A ma droite, Jonas, jeune homme bien sous tous rapports. A ma droite et réciproquement, Lior, jeune femme bien comme il faut. Tous les deux racontent le fil de leurs existences dans des chapitres séparés. Jonas est quelque peu désabusé par l'existence: c'est un artiste et, comme de bien entendu, il n'a pas le sou et ne sait pas trop comment s'en procurer. Il est écrivain à cela près qu'il n'a commis qu'une seule oeuvre et qu'il n'a plus eu d'inspiration depuis son premier opus et dit ne plus en vouloir ressentir. Heureusement quelques amis qu'il conserve, s'ingénient à lui procurer de la nourriture, par exemple et à lui remonter le moral qui est en berne.

Lior, de son côté, mène une vie d'infirmière à l'hôpital. Sa vie sentimentale est un désert qu'elle ne sait comment combler. Certes, elle est très appréciée dans son travail au point même que quelqu'un qui l'avait vue à l'oeuvre, lui propose de veiller sur sa fille, rongée par une maladie incurable et qui n'a plus que quelques semaines à vivre. L'offre est alléchante. Elle hésite mais accepte, en définitive.

Jonas va-t-il être de reste? Que non! Voilà qu'il lui est permis de rencontrer un vieux libraire, d'une sympathie comme il n'en existe pas trop dans la réalité. Il lui propose de vendre des livres à ses côtés pour un salaire qui lui permet de vivre mais, voilà où l'affaire devient romanesque, il reçoit une somme importante d'argent, venue d'on ne sait où. Il ne veut pas y toucher, ne comprend pas. Tant de sollicitude incompréhensible le trouble, voire l'exaspère. Lior, toute à son rôle de garde-malade, se prend de sympathie pour cette jeune fille en souffrance. Puis, elle devient son amie. Elle lui fait la lecture de romans dont se délecte la pauvrette au point que la bibliothèque bientôt n'aura plus assez de titres.

Mais, me direz-vous, comment ces deux-là vont-ils ou peuvent-ils finir par se rencontrer? Qui se cache et prétend procurer à tout prix de l'argent au jeune fauché? Ce serait trop facile si on vous le disait. Lancez vous dans ce livre: on a beau être marqué par la vie et ses désillusions, pour le peu que vous ayez conservé une parcelle d'âme d'enfant, vous vous laisserez prendre jusqu'au dénouement et vous direz in petto, fermant la dernière page: « encore! » .

Alain Letombe

Publié le: Vendredi, 21 Octobre 2011