Je t’ai dans la peau !

Parcours culturel | Expositions

Stefan Zweig | Jean,Luc Navette | Frédéric Claquin | Orlan | The Red Hot Chili Peppers | The Pogues | John Waters | Denys de La Patellière | David Cronenberg | Manuel Vasquez Montalban | Charles Laughton | John Irving | Elise Müller | James Cook

Pour une fois, l’objectif du musée du Quai Branly (résumé par le slogan « là où dialoguent les cultures ») est atteint par l’exposition Tatoueurs, tatoués. En se penchant sur l’art d’encrer la peau, on se retrouve, en effet, à l’écoute d’un dialogue entre des civilisations qui le pratiquent depuis des millénaires et un Occident qui en a fait, ces dernières années, une mode envahissante. L’ambition artistique des tatoueurs contemporains crée un autre dialogue entre cette culture longtemps marginale et la création classique. Les piqueurs sortent de leur ghetto à l’image des tatoués eux-mêmes, puisque la pratique, longtemps réservée à quelques corporations bien particulières (marins, prisonniers, etc.), se diffuse aujourd’hui à l’ensemble de la société.

L’un des intérêts de l’expo du Quai Branly est de montrer que la pratique du tatouage, ancestrale et très codée, connaît, ces dernières années, un vrai renouvellement créatif, nourri par un dialogue de plus en plus intense et passionnant avec les autres arts graphiques. Et au travers de cette normalisation, d’autres pratiques de transformations corporelles sortent, à leur tour, de la marginalité.

Tatoueurs, tatoués

Tatoueurs, tatoués

Exposition - Exposition au Musée du quai Branly

Stefan Zweig | Jusqu'au 18 octobre 2015

Sans doute parce qu’un tatouage est fait pour durer, le musée des arts premiers abritera ce parcours très complet, jusqu’en octobre… 2015. On plongera dans 5000 ans d’Histoire pour appréhender le tatouage dans toutes ses dimensions (religieuse, ethnique et même spectaculaire puisque bien des “porteurs d’encres” furent des phénomènes de foire), mais aussi comprendre son dialogue permanent avec le monde de l’art et enfin, découvrir au travers d’œuvres inédites, la créativité des tatoueurs contemporains.

Dernier été du vieux monde

Dernier été du vieux monde

Livre - Noire Méduse

Jean,Luc Navette | 2012

A l’heure où les tatoueurs se revendiquent artistes, cet illustrateur lyonnais, lui, s’est mis à manier l’aiguille au début des années 2000. Comme d’autres représentants du tatouage graphique, son travail sur la peau s’affranchit des codes traditionnels de ce milieu pour y appliquer le style qu’il continue à distiller sur papier : des images en noir et blanc, précises et denses (il y a toujours beaucoup à voir dans un "Navette") et dont l’inspiration, souvent musicale, vient aussi bien des affiches du blues et de la country américaine, d’il y a un siècle, que de la scène rock alternative des années 90.

Tattooisme 2

Tattooisme 2

Livre - Herscher

Frédéric Claquin | 2013

Si, au moment de vous tatouer, l’inspiration vous manque, ce beau livre fera office de catalogue. Il présente le travail de 30 tatoueurs contemporains, dont la moitié opère en France, sans commentaires mais avec force photographies de leurs œuvres. L’ouvrage fait suite à un premier volume édité sur le même principe en 2011, aujourd’hui épuisé. Une bible qui vous évitera de repartir du salon avec un papillon, un dauphin ou un énième motif ethnique vu partout...

Ceci est mon corps… ceci est mon logiciel

Ceci est mon corps… ceci est mon logiciel

Livre - Al Dante

Orlan | 2011

Même si son travail ne se réduit pas à cela, cette artiste française, née en 1947, est célèbre pour sa définition de ce qu’elle appelle “l’art charnel”, un travail d’autoportrait réalisé sur le visage, dans lequel c’est l’intervention chirurgicale (et non le résultat esthétique) qui fait performance. Elle-même, dans les années 90, s’est fait poser divers implants aux tempes, opération retransmise en direct dans plusieurs galeries à New York, Tokyo... et Paris, au Centre Pompidou. Ce livre détaille ses conceptions, qui informent les transformations corporelles, encore marginales, plus radicales que le tatouage, mais de plus en plus pratiquées.

Le tatouage a fait partie du folklore rock’n’roll dès la première vague américaine des années 50, au même titre que les Cadillac roses et les chaussures en daim bleu, avant de tomber en désuétude dans les années 60 et 70. Dans leur quête de la violence contestataire originelle de cette musique, les punks et leurs divers héritiers “alternatifs” l’ont réhabilité. Il est aujourd’hui omniprésent sur toutes les scènes musicales, à commencer par le rap.

Blood Sugar Sex Magik

Blood Sugar Sex Magik

Audio - Warner Bros

The Red Hot Chili Peppers | 1991

Jusqu’à ce cinquième album depuis leur formation à Los Angeles en 1983, le “punk funk” des Red Hot était vu comme une excentricité hollywoodienne. Fini de rire quand ils s’associent au producteur Rick Rubin, pionnier de toutes les fusions depuis qu’il a fait travailler les vétérans d’Aerosmith avec les rappeurs de Run-DMC ("Walk This Way", 1986) : le disque, sorti le même jour que "Nevermind", résiste à la Nirvanamania et devient un succès planétaire (15 millions d’exemplaires vendus). Les tatouages font partie intégrante de l’identité de ce groupe, célèbre pour se déshabiller sur scène : ceux que l’on voit sur les photos de la pochette (signées du cinéaste Gus Van Sant) sont ceux des musiciens.

Rum Sodomy and the Lash

Rum Sodomy and the Lash

Audio

The Pogues | 1985

Une pochette rappelant fortement Le Radeau de la Méduse, un titre venu d’une citation attribuée à Churchill (« "La tradition navale britannique ? Rien d’autre que rhum, sodomie et coups de fouet" »), des uniformes de la Royal Navy au dos de la pochette, des chansons de marins... Ce deuxième album, parfumé aux embruns, a fait décoller la carrière des Pogues, Londoniens d’origine irlandaise, parrainés par les Clash et Elvis Costello. Au son des instruments celtiques revisités par l’énergie punk, défilent les images de docks et de marins en escale, le temps d’une pinte de plus, d’une autre fille et d’un nouveau tatouage...

Cry-Baby

Cry-Baby

Video

John Waters | 1990

Issue des codes des gangs, la larme sur le visage signale qu’un proche a été vengé dans le sang. Avant de s’en faire tatouer une en prison, le délinquant Wade Walker (Johnny Depp) est déjà surnommé "Cry-Baby", car une seule de ses vraies larmes suffit à faire fondre les filles. Avec ce film musical, histoire d’amours adolescentes perturbées par une guerre des gangs dans l’Amérique des années 50, le réalisateur John Waters a confirmé, après "Hairspray" (1988), son passage d’un cinéma underground (ses films précédents, avec la drag queen Divine, étaient souvent classés X) aux gros budgets hollywoodiens, sans renoncer à son univers déjanté, parodique et aussi clinquant que "West Side Story", auquel il se réfère constamment.

Tout le monde connaît la conférence de Yalta, ces jours de février 1945 où Churchill, Staline et Roosevelt réglèrent les derniers détails de la fin de la guerre. On sait moins que ce fut aussi une convention de tatoués : le Britannique, ex-patron de la Royal Navy, portait une ancre au bras gauche ; le Soviétique, une tête de mort sur le torse, héritée des prisons tsaristes d’avant 1917 ; et l’Américain, un écusson familial au bras, hommage à ses ancêtres émigrés en Amérique, dès 1621. Dans la fiction aussi, quand sont évoqués militaires et marins, taulards et clans, le tatouage n’est jamais loin...

Le tatoué

Le tatoué

Film - Studio Canal

Denys de La Patellière | 1968

Ne boudons pas notre plaisir ! La réunion de Jean Gabin et Louis de Funès devant la caméra du faiseur Denys de La Patellière n’a pas changé l’histoire du cinéma, mais le tandem de monstres sacrés cabotine sans retenue et le scénario alimente, mine de rien, une vraie réflexion sur le statut artistique du tatouage : Gabin, ancien légionnaire, porte dans le dos un encrage signé Modigliani que de Funès, marchand d’art, parvient à vendre à deux collectionneurs américains. Mais comment livrer l’œuvre à ses acheteurs ? Au fil de rebondissements burlesques, elle livrera ses secrets sur le véritable passé du vieux militaire...

Rum Sodomy and the Lash

Rum Sodomy and the Lash

Audio

The Pogues | 1985

Une pochette rappelant fortement Le Radeau de la Méduse, un titre venu d’une citation attribuée à Churchill (« "La tradition navale britannique ? Rien d’autre que rhum, sodomie et coups de fouet" »), des uniformes de la Royal Navy au dos de la pochette, des chansons de marins... Ce deuxième album, parfumé aux embruns, a fait décoller la carrière des Pogues, Londoniens d’origine irlandaise, parrainés par les Clash et Elvis Costello. Au son des instruments celtiques revisités par l’énergie punk, défilent les images de docks et de marins en escale, le temps d’une pinte de plus, d’une autre fille et d’un nouveau tatouage...

Les promesses de l’ombre

Les promesses de l’ombre

Video

David Cronenberg | 2007

Enquête au sein des mafias russes, ce thriller est aussi un reportage sur la tradition du tatouage dans les milieux criminels. Signe d’appartenance à tel gang ou telle “famille”, véritable pedigree pour se faire respecter en prison et inspirer la crainte dehors (Viggo Mortensen, premier rôle en homme de main, raconte qu’un soir de tournage, dans un bar, ses mains encrées ont fait fuir un couple de Russes...), la piqûre à l’aiguille est aussi la mise en scène de la résistance à la douleur. Et pour ce cinéaste obsédé par la question du corps – transformé dans "La mouche" (1986), blessé dans "Crash" (1996) –, ces marques ne sont pas là pour le décorum, mais bien au cœur du film.

Cry-Baby

Cry-Baby

Video

John Waters | 1990

Issue des codes des gangs, la larme sur le visage signale qu’un proche a été vengé dans le sang. Avant de s’en faire tatouer une en prison, le délinquant Wade Walker (Johnny Depp) est déjà surnommé "Cry-Baby", car une seule de ses vraies larmes suffit à faire fondre les filles. Avec ce film musical, histoire d’amours adolescentes perturbées par une guerre des gangs dans l’Amérique des années 50, le réalisateur John Waters a confirmé, après "Hairspray" (1988), son passage d’un cinéma underground (ses films précédents, avec la drag queen Divine, étaient souvent classés X) aux gros budgets hollywoodiens, sans renoncer à son univers déjanté, parodique et aussi clinquant que "West Side Story", auquel il se réfère constamment.

L’association entre le tatouage et le monde du crime a la vie dure. Apanage des marlous, taulards, mafieux et autres dangereux personnages, le marquage de la peau est logiquement utilisé à foison dans les polars et les thrillers.

Tatouage

Tatouage

Livre - Points policiers

Manuel Vasquez Montalban | 1974

Dans ce polar écrit en 15 jours, l’écrivain barcelonais (1939-2003) invente son personnage fétiche, le privé Pepe Carvalho. Sa première enquête : découvrir l’identité d’un noyé retrouvé nu, le visage dévoré par les poissons, avec pour seul signe distinctif, un tatouage dans le dos. Au fil de ce premier épisode de la saga Carvalho (15 romans et 6 recueils de nouvelles suivront), on redécouvre aussi que dans les années 70, le tatouage était devenu totalement confidentiel, les jeunes marins l’ayant délaissé et les repris de justice rechignant désormais à s’affubler de signes particuliers trop voyants...

Les promesses de l’ombre

Les promesses de l’ombre

Video

David Cronenberg | 2007

Enquête au sein des mafias russes, ce thriller est aussi un reportage sur la tradition du tatouage dans les milieux criminels. Signe d’appartenance à tel gang ou telle “famille”, véritable pedigree pour se faire respecter en prison et inspirer la crainte dehors (Viggo Mortensen, premier rôle en homme de main, raconte qu’un soir de tournage, dans un bar, ses mains encrées ont fait fuir un couple de Russes...), la piqûre à l’aiguille est aussi la mise en scène de la résistance à la douleur. Et pour ce cinéaste obsédé par la question du corps – transformé dans "La mouche" (1986), blessé dans "Crash" (1996) –, ces marques ne sont pas là pour le décorum, mais bien au cœur du film.

La nuit du chasseur

La nuit du chasseur

Film - MGM/United Artists

Charles Laughton | 1956

Le tatouage le plus célèbre de l’histoire du cinéma ! En pasteur prêt à tout pour un magot, dont seuls deux orphelins connaissent la cachette, Robert Mitchum fait un formidable numéro lorsqu’il illustre la lutte du Bien et du Mal à l’aide de ses mains tatouées des mots LOVE et HATE. En plus de ce moment d’anthologie, cette mise en scène du manichéisme livre la clé pour explorer un film tout entier bâti sur des oppositions visuelles et thématiques : adultes et enfants, jour et nuit, tournage en studio contre extérieurs (plusieurs scènes de nature sont le fruit de savants jeux de lumières et de décors)… Sans oublier de remarquer que cette fable, sur la violence américaine, est signée d’un Britannique : l’acteur Charles Laughton.

Hitman : Absolution

Hitman : Absolution

Jeu Video

Charles Laughton | 2012

Depuis 2000, la série de jeux vidéo "Hitman" met en scène l’Agent 47, un tueur à gages cloné avec l’ADN des cinq plus dangereux criminels de la planète, et qui tient son nom du code-barres tatoué à l’arrière de son crâne. Dans un monde contemporain où l’on ne sait plus qui est qui (entre clones et humains, mais aussi entre organisations criminelles et agences gouvernementales...), seul ce signe distinctif permet de le reconnaître à coup sûr, parmi une foule d’agents doubles et autres traîtres. Or, dans ce dernier épisode en date, il fait disparaître sa fameuse marque...

Si le capitaine Cook a rapporté le mot tatouage de ses expéditions dans le Pacifique, l’expo du Quai Branly fait voyager le visiteur vers d’autres berceaux, notamment le Japon et l’Amérique du Nord, où la première machine électrique à tatouer est née en 1881. Cette ubiquité a permis au romancier John Irving de rêver une quête planétaire à la poursuite d’un père disparu passé par tous les salons du monde. Le tatouage nous projette aussi dans le passé, les anthropologues estimant que la mode actuelle porte encore des traces de ses anciennes fonctions rituelles et sacrées.

Tatoueurs, tatoués

Tatoueurs, tatoués

Exposition - Exposition au Musée du quai Branly

Charles Laughton | Jusqu'au 18 octobre 2015

Sans doute parce qu’un tatouage est fait pour durer, le musée des arts premiers abritera ce parcours très complet, jusqu’en octobre… 2015. On plongera dans 5000 ans d’Histoire pour appréhender le tatouage dans toutes ses dimensions (religieuse, ethnique et même spectaculaire puisque bien des “porteurs d’encres” furent des phénomènes de foire), mais aussi comprendre son dialogue permanent avec le monde de l’art et enfin, découvrir au travers d’œuvres inédites, la créativité des tatoueurs contemporains.

Je te retrouverai

Je te retrouverai

Livre - Seuil

John Irving | 2005

Le jeune acteur Jack Burns part à la recherche de son père disparu lorsqu’il avait quatre ans. Guidé par sa mère tatoueuse, il reconstitue le parcours planétaire de ce géniteur qui, de salon en salon, a fini par se faire un “corps complet”, pratique qui consiste à encrer le moindre centimètre carré de son épiderme. Avec cette enquête historique et intime à la découverte d’une “sous-culture” universelle, l’auteur du "Monde selon Garp" renouvelle magistralement son goût du roman initiatique.

Une anthropologie du tatouage contemporain

Une anthropologie du tatouage contemporain

Livre - L'Harmattan

Elise Müller | 2013

Parcours de porteurs d’encres. La thèse de cette galerie de portraits et d’entretiens avec tatoueurs et tatoués d’aujourd’hui : la pratique est un voyage dans le temps. Vers le futur puisqu’il y a toujours une quête d’éternité à s’affubler de marques indélébiles. Mais aussi vers le passé : le tatouage, en se démocratisant, devient certes plus une affirmation individualiste qu’un signe d’appartenance religieuse, ethnique ou corporatiste, mais il conserve un aspect initiatique qui le renvoie à ses antiques fonctions sacrées.

Relations de voyages autour du monde

Relations de voyages autour du monde

Livre - La Découverte / Poche

James Cook | 1768 - 1779

S’il a sillonné l’Atlantique Nord, ce capitaine de la Royal Navy est surtout célèbre pour ses trois expéditions dans le Pacifique, entre 1768 et 1779, l’année de sa mort à 50 ans. La connaissance du monde à l’époque des Lumières lui doit beaucoup : exploration des côtes australiennes et néo-zélandaises, découverte de Hawaii, de la Nouvelle-Calédonie... et des tatouages polynésiens. Ses journaux ont popularisé l’utilisation du mot local “tatau”, devenu “tattoo” en anglais, pour désigner ce qu’on appelait jusque-là le “piquâge”. Plusieurs membres d’équipage s’étant fait tatouer sur place, les voyages marquent aussi l’arrivée des motifs “ethniques” sur les peaux européennes...

Tatoueurs, tatoués

Tatoueurs, tatoués

Exposition - Exposition au Musée du quai Branly

Stefan Zweig | Jusqu'au 18 octobre 2015

Sans doute parce qu’un tatouage est fait pour durer, le musée des arts premiers abritera ce parcours très complet, jusqu’en octobre… 2015. On plongera dans 5000 ans d’Histoire pour appréhender le tatouage dans toutes ses dimensions (religieuse, ethnique et même spectaculaire puisque bien des “porteurs d’encres” furent des phénomènes de foire), mais aussi comprendre son dialogue permanent avec le monde de l’art et enfin, découvrir au travers d’œuvres inédites, la créativité des tatoueurs contemporains.

Dernier été du vieux monde

Dernier été du vieux monde

Livre - Noire Méduse

Jean,Luc Navette | 2012

A l’heure où les tatoueurs se revendiquent artistes, cet illustrateur lyonnais, lui, s’est mis à manier l’aiguille au début des années 2000. Comme d’autres représentants du tatouage graphique, son travail sur la peau s’affranchit des codes traditionnels de ce milieu pour y appliquer le style qu’il continue à distiller sur papier : des images en noir et blanc, précises et denses (il y a toujours beaucoup à voir dans un "Navette") et dont l’inspiration, souvent musicale, vient aussi bien des affiches du blues et de la country américaine, d’il y a un siècle, que de la scène rock alternative des années 90.

Tattooisme 2

Tattooisme 2

Livre - Herscher

Frédéric Claquin | 2013

Si, au moment de vous tatouer, l’inspiration vous manque, ce beau livre fera office de catalogue. Il présente le travail de 30 tatoueurs contemporains, dont la moitié opère en France, sans commentaires mais avec force photographies de leurs œuvres. L’ouvrage fait suite à un premier volume édité sur le même principe en 2011, aujourd’hui épuisé. Une bible qui vous évitera de repartir du salon avec un papillon, un dauphin ou un énième motif ethnique vu partout...

Ceci est mon corps… ceci est mon logiciel

Ceci est mon corps… ceci est mon logiciel

Livre - Al Dante

Orlan | 2011

Même si son travail ne se réduit pas à cela, cette artiste française, née en 1947, est célèbre pour sa définition de ce qu’elle appelle “l’art charnel”, un travail d’autoportrait réalisé sur le visage, dans lequel c’est l’intervention chirurgicale (et non le résultat esthétique) qui fait performance. Elle-même, dans les années 90, s’est fait poser divers implants aux tempes, opération retransmise en direct dans plusieurs galeries à New York, Tokyo... et Paris, au Centre Pompidou. Ce livre détaille ses conceptions, qui informent les transformations corporelles, encore marginales, plus radicales que le tatouage, mais de plus en plus pratiquées.

Blood Sugar Sex Magik

Blood Sugar Sex Magik

Audio - Warner Bros

The Red Hot Chili Peppers | 1991

Jusqu’à ce cinquième album depuis leur formation à Los Angeles en 1983, le “punk funk” des Red Hot était vu comme une excentricité hollywoodienne. Fini de rire quand ils s’associent au producteur Rick Rubin, pionnier de toutes les fusions depuis qu’il a fait travailler les vétérans d’Aerosmith avec les rappeurs de Run-DMC ("Walk This Way", 1986) : le disque, sorti le même jour que "Nevermind", résiste à la Nirvanamania et devient un succès planétaire (15 millions d’exemplaires vendus). Les tatouages font partie intégrante de l’identité de ce groupe, célèbre pour se déshabiller sur scène : ceux que l’on voit sur les photos de la pochette (signées du cinéaste Gus Van Sant) sont ceux des musiciens.

Rum Sodomy and the Lash

Rum Sodomy and the Lash

Audio

The Pogues | 1985

Une pochette rappelant fortement Le Radeau de la Méduse, un titre venu d’une citation attribuée à Churchill (« "La tradition navale britannique ? Rien d’autre que rhum, sodomie et coups de fouet" »), des uniformes de la Royal Navy au dos de la pochette, des chansons de marins... Ce deuxième album, parfumé aux embruns, a fait décoller la carrière des Pogues, Londoniens d’origine irlandaise, parrainés par les Clash et Elvis Costello. Au son des instruments celtiques revisités par l’énergie punk, défilent les images de docks et de marins en escale, le temps d’une pinte de plus, d’une autre fille et d’un nouveau tatouage...

Cry-Baby

Cry-Baby

Video

John Waters | 1990

Issue des codes des gangs, la larme sur le visage signale qu’un proche a été vengé dans le sang. Avant de s’en faire tatouer une en prison, le délinquant Wade Walker (Johnny Depp) est déjà surnommé "Cry-Baby", car une seule de ses vraies larmes suffit à faire fondre les filles. Avec ce film musical, histoire d’amours adolescentes perturbées par une guerre des gangs dans l’Amérique des années 50, le réalisateur John Waters a confirmé, après "Hairspray" (1988), son passage d’un cinéma underground (ses films précédents, avec la drag queen Divine, étaient souvent classés X) aux gros budgets hollywoodiens, sans renoncer à son univers déjanté, parodique et aussi clinquant que "West Side Story", auquel il se réfère constamment.

Le tatoué

Le tatoué

Film - Studio Canal

Denys de La Patellière | 1968

Ne boudons pas notre plaisir ! La réunion de Jean Gabin et Louis de Funès devant la caméra du faiseur Denys de La Patellière n’a pas changé l’histoire du cinéma, mais le tandem de monstres sacrés cabotine sans retenue et le scénario alimente, mine de rien, une vraie réflexion sur le statut artistique du tatouage : Gabin, ancien légionnaire, porte dans le dos un encrage signé Modigliani que de Funès, marchand d’art, parvient à vendre à deux collectionneurs américains. Mais comment livrer l’œuvre à ses acheteurs ? Au fil de rebondissements burlesques, elle livrera ses secrets sur le véritable passé du vieux militaire...

Les promesses de l’ombre

Les promesses de l’ombre

Video

David Cronenberg | 2007

Enquête au sein des mafias russes, ce thriller est aussi un reportage sur la tradition du tatouage dans les milieux criminels. Signe d’appartenance à tel gang ou telle “famille”, véritable pedigree pour se faire respecter en prison et inspirer la crainte dehors (Viggo Mortensen, premier rôle en homme de main, raconte qu’un soir de tournage, dans un bar, ses mains encrées ont fait fuir un couple de Russes...), la piqûre à l’aiguille est aussi la mise en scène de la résistance à la douleur. Et pour ce cinéaste obsédé par la question du corps – transformé dans "La mouche" (1986), blessé dans "Crash" (1996) –, ces marques ne sont pas là pour le décorum, mais bien au cœur du film.

Tatouage

Tatouage

Livre - Points policiers

Manuel Vasquez Montalban | 1974

Dans ce polar écrit en 15 jours, l’écrivain barcelonais (1939-2003) invente son personnage fétiche, le privé Pepe Carvalho. Sa première enquête : découvrir l’identité d’un noyé retrouvé nu, le visage dévoré par les poissons, avec pour seul signe distinctif, un tatouage dans le dos. Au fil de ce premier épisode de la saga Carvalho (15 romans et 6 recueils de nouvelles suivront), on redécouvre aussi que dans les années 70, le tatouage était devenu totalement confidentiel, les jeunes marins l’ayant délaissé et les repris de justice rechignant désormais à s’affubler de signes particuliers trop voyants...

La nuit du chasseur

La nuit du chasseur

Film - MGM/United Artists

Charles Laughton | 1956

Le tatouage le plus célèbre de l’histoire du cinéma ! En pasteur prêt à tout pour un magot, dont seuls deux orphelins connaissent la cachette, Robert Mitchum fait un formidable numéro lorsqu’il illustre la lutte du Bien et du Mal à l’aide de ses mains tatouées des mots LOVE et HATE. En plus de ce moment d’anthologie, cette mise en scène du manichéisme livre la clé pour explorer un film tout entier bâti sur des oppositions visuelles et thématiques : adultes et enfants, jour et nuit, tournage en studio contre extérieurs (plusieurs scènes de nature sont le fruit de savants jeux de lumières et de décors)… Sans oublier de remarquer que cette fable, sur la violence américaine, est signée d’un Britannique : l’acteur Charles Laughton.

Hitman : Absolution

Hitman : Absolution

Jeu Video

Charles Laughton | 2012

Depuis 2000, la série de jeux vidéo "Hitman" met en scène l’Agent 47, un tueur à gages cloné avec l’ADN des cinq plus dangereux criminels de la planète, et qui tient son nom du code-barres tatoué à l’arrière de son crâne. Dans un monde contemporain où l’on ne sait plus qui est qui (entre clones et humains, mais aussi entre organisations criminelles et agences gouvernementales...), seul ce signe distinctif permet de le reconnaître à coup sûr, parmi une foule d’agents doubles et autres traîtres. Or, dans ce dernier épisode en date, il fait disparaître sa fameuse marque...

Tatoueurs, tatoués

Tatoueurs, tatoués

Exposition - Exposition au Musée du quai Branly

Charles Laughton | Jusqu'au 18 octobre 2015

Sans doute parce qu’un tatouage est fait pour durer, le musée des arts premiers abritera ce parcours très complet, jusqu’en octobre… 2015. On plongera dans 5000 ans d’Histoire pour appréhender le tatouage dans toutes ses dimensions (religieuse, ethnique et même spectaculaire puisque bien des “porteurs d’encres” furent des phénomènes de foire), mais aussi comprendre son dialogue permanent avec le monde de l’art et enfin, découvrir au travers d’œuvres inédites, la créativité des tatoueurs contemporains.

Je te retrouverai

Je te retrouverai

Livre - Seuil

John Irving | 2005

Le jeune acteur Jack Burns part à la recherche de son père disparu lorsqu’il avait quatre ans. Guidé par sa mère tatoueuse, il reconstitue le parcours planétaire de ce géniteur qui, de salon en salon, a fini par se faire un “corps complet”, pratique qui consiste à encrer le moindre centimètre carré de son épiderme. Avec cette enquête historique et intime à la découverte d’une “sous-culture” universelle, l’auteur du "Monde selon Garp" renouvelle magistralement son goût du roman initiatique.

Une anthropologie du tatouage contemporain

Une anthropologie du tatouage contemporain

Livre - L'Harmattan

Elise Müller | 2013

Parcours de porteurs d’encres. La thèse de cette galerie de portraits et d’entretiens avec tatoueurs et tatoués d’aujourd’hui : la pratique est un voyage dans le temps. Vers le futur puisqu’il y a toujours une quête d’éternité à s’affubler de marques indélébiles. Mais aussi vers le passé : le tatouage, en se démocratisant, devient certes plus une affirmation individualiste qu’un signe d’appartenance religieuse, ethnique ou corporatiste, mais il conserve un aspect initiatique qui le renvoie à ses antiques fonctions sacrées.

Relations de voyages autour du monde

Relations de voyages autour du monde

Livre - La Découverte / Poche

James Cook | 1768 - 1779

S’il a sillonné l’Atlantique Nord, ce capitaine de la Royal Navy est surtout célèbre pour ses trois expéditions dans le Pacifique, entre 1768 et 1779, l’année de sa mort à 50 ans. La connaissance du monde à l’époque des Lumières lui doit beaucoup : exploration des côtes australiennes et néo-zélandaises, découverte de Hawaii, de la Nouvelle-Calédonie... et des tatouages polynésiens. Ses journaux ont popularisé l’utilisation du mot local “tatau”, devenu “tattoo” en anglais, pour désigner ce qu’on appelait jusque-là le “piquâge”. Plusieurs membres d’équipage s’étant fait tatouer sur place, les voyages marquent aussi l’arrivée des motifs “ethniques” sur les peaux européennes...

Suggestions

Du même auteur

Red Roses for Me | The Pogues

Red Roses for Me

Musique en ligne | The Pogues | MusicMe | 2013

19 piste(s)

Arts and Sciences | James Cook

Arts and Sciences

Musique en ligne | James Cook | MusicMe | 2014

10 piste(s)

Nick Cave ! |

Nick Cave !

Parcours culturel

Le nouveau disque de Nick Cave & The Bad Seeds, leur quinzième album studio, se faisait désirer depuis "Dig, Lazarus, Dig" !!! en 2008. Entre-temps, leur leader s’était lancé dans des projets parallèles comme "Grinderman", un...

Chargement des enrichissements...